Comment améliorer la confidentialité et la protection des données dans les projets de logiciels ?

introduction

L’importance de la confidentialité des données ne peut jamais être sous-estimée, car il s’agit de traiter correctement les données sensibles obtenues auprès des utilisateurs. Le monde en ligne est un immense entrepôt de données diverses, certaines utiles, d’autres d’une importance capitale, d’autres encore sensibles au temps et d’autres enfin moins importantes. Lorsque vous ouvrez un courrier électronique et que vous saisissez votre adresse électronique et votre mot de passe, vous confiez vos informations personnelles aux prestataires de services, avec la conviction qu’elles seront protégées avec intégrité. Il en va de même pour les centaines d’applications mobiles que vous utilisez. Imaginez que vous saisissiez vos informations personnelles en pensant qu’elles seront conservées en toute sécurité, surtout lorsqu’il s’agit d’informations sensibles concernant votre localisation, votre santé et, bien sûr, vos données financières, mais qu’elles soient piratées et utilisées à mauvais escient ! Vous avez donc beaucoup à perdre ! Lorsque vous partagez de telles informations personnelles, il doit y avoir des lois qui les protègent également, n’est-ce pas ?

Comprendre les lois et les principes relatifs à la protection de la vie privée

Selon les principes de l’Université des Highlands et des Îles, il existe sept principes pour le traitement licite des données à caractère personnel. Les sept principes couvrent le traitement des données, y compris la collecte, l’organisation, le stockage, la modification, la structuration, l’utilisation, l’effacement ou la destruction. Voici ces 7 piliers tels qu’ils sont expliqués sur leur site web :

Légalité, équité et transparence – Le traitement des données des personnes concernées doit être équitable, transparent et licite.

Limitation de la finalité – Les données traitées doivent être spécifiées en détail aux personnes dont les données sont collectées, et les données ne doivent être utilisées que pour cette seule finalité.

Minimisation des données – N’utiliser que les données nécessaires à la réalisation de l’objectif, donc uniquement les données nécessaires.

Exactitude – Les données à caractère personnel doivent être exactes et précises.

Limitation de la conservation – Les données ne doivent être conservées que pendant la période mentionnée par le propriétaire des données, et pas plus longtemps.

Intégrité et confidentialité (sécurité ) – Le traitement des données doit être effectué correctement, en préservant la confidentialité, l’intégrité et la sécurité.

Responsabilité – Le responsable du traitement des données, quel qu’il soit, doit respecter les principes du GDPR.

Tous les experts en data mining et toutes les personnes qui traitent des données doivent respecter les principes directeurs de la réglementation et du traitement conforme. Les règles s’appliquent également aux responsables du traitement des données, qui sont eux aussi tenus d’adhérer aux principes et aux règlements. Ils doivent démontrer leur conformité lors du traitement des données.

L’Europe est assez sévère en matière de confidentialité et de sécurité des données. Il n’est pas étonnant que la sécurité des données soit souvent mise à l’index, les violations et les infractions devenant quotidiennes.

Selon le GDPR (General Data Protection Regulation), la loi la plus stricte au monde en matière de sécurité et de protection de la vie privée, rédigée et adoptée par l’Union européenne, toute personne qui enfreint les normes de sécurité et de protection de la vie privée se verra infliger de lourdes amendes et pénalités. La conformité au GDPR devient assez intimidante pour les petites et moyennes entreprises, et elles pourraient être confrontées à des défis lors de l’adhésion au GDPR.

Tous les chefs d’entreprise qui gèrent des données clients et qui traitent des données personnelles et confidentielles de citoyens de l’UE doivent adhérer aux principes du GDPR. Et pour ceux qui ne le font pas, les amendes sont très élevées.

Comment respecter les règles en matière de protection de la vie privée et des données tout en gérant votre entreprise ?

Gérer et traiter les données des clients, c’est comme avoir des poignards au-dessus de la tête. Dès que vous êtes négligent, il vous frappe à la tête et le sang coule. Il en va de même pour un client qui a été lésé dans le cadre d’un vol de données ou d’une utilisation abusive de données. Vous perdez le client pour toujours, et peut-être aussi d’autres personnes.

Comprendre la conformité réglementaire

Comme expliqué ci-dessus, il existe certaines règles et réglementations en matière de données que vous devez respecter scrupuleusement. Certaines de ces règles et lignes directrices sont établies par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), le cadre de protection de la vie privée de l’APEC (APEC) et la loi californienne sur la protection de la vie privée des consommateurs (CCPA). Il s’agit des règles que les organisations doivent respecter lorsqu’elles utilisent des données à caractère personnel. Les règles et réglementations en matière de données peuvent en effet varier considérablement d’un pays à l’autre, mais l’essentiel des règles consiste à préserver l’intégrité du client et à protéger ses données.

Mise en place d’un logiciel de planification de projet

Lorsque les développeurs de logiciels utilisent un logiciel de gestion de projet, il serait judicieux d’en utiliser un qui intègre des fonctions de sécurité telles que l’authentification à deux facteurs, le cryptage et le stockage sécurisé des données. Pour vous aider à déterminer quel logiciel de gestion de projet serait le mieux adapté à vos besoins, n’oubliez pas d’en choisir un qui présente un historique des incidents et des pratiques de sécurité de l’entreprise.

Limiter l’accès aux informations confidentielles

Un autre moyen de garantir la protection des informations sensibles serait de veiller à ce que ces informations ne soient accessibles qu’au personnel autorisé. Pour ce faire, un contrôle d’accès basé sur les rôles est mis en place. Ainsi, seules les personnes qui ont besoin d’utiliser les informations pourront les obtenir. Cette méthode de limitation de l’accès permet de prévenir les violations de données accidentelles et intentionnelles.

Adopter les principes de la prise en compte du respect de la vie privée dès la conception

L’équipe de développement du logiciel peut intégrer les principes de protection de la vie privée dès la conception de l’application elle-même. Il est ainsi possible d’intégrer des considérations relatives à la protection de la vie privée dans la phase de conception elle-même. Vous pouvez ainsi adopter une attitude proactive en matière de protection de la vie privée et vous assurer que la protection des données est une priorité dans l’architecture du système. Cela aide les développeurs à créer des projets logiciels résilients et sûrs. Grâce à ce principe, il est également possible d’instiller une culture de l’accessibilité et de la responsabilité dans les projets.

La transparence et le contrôle par l’utilisateur sont prioritaires

Chaque application logicielle doit être digne de confiance pour l’utilisateur, ce qui est possible lorsqu’il y a beaucoup de transparence et de contrôle de la part de l’utilisateur. Lorsque vous informez les utilisateurs de la manière dont leurs données seront stockées, collectées et partagées, ils seront plus enclins à communiquer leurs informations. Donnez-leur le choix de ce qui doit rester dans la cache, afin qu’ils puissent mieux contrôler le type d’empreinte numérique qu’ils laissent.

Attention à l’utilisation de l’écosystème tiers

De nombreux développeurs utilisent des intégrations et des API de tiers. Il est très important de vérifier et d’évaluer la confidentialité de ces écosystèmes tiers. Les mesures de sécurité et les politiques de traitement des données de ces intégrations tierces doivent être conformes à vos politiques.

Procéder régulièrement à des audits de sécurité et à des tests de pénétration

Les audits de sécurité réguliers et les tests de pénétration sont tous deux importants pour identifier et traiter les vulnérabilités en matière de sécurité. Vous pouvez également faire appel à des experts en sécurité tiers pour comprendre et évaluer le niveau de sécurité de votre projet logiciel. Les experts en sécurité effectueront des exercices de piratage éthique dans le cadre de scénarios réels afin de combler les lacunes en matière de sécurité et de remédier aux faiblesses potentielles.

Conclusion

S’il est impératif de suivre les pratiques mentionnées ci-dessus, il est également important pour le chef de projet de développement de logiciels d’instaurer une culture de la sécurité au sein de l’ensemble de l’équipe de développement. Donnez-leur régulièrement des informations sur les meilleures pratiques et règles en matière de techniques de codage sécurisé, de traitement des données et sur les derniers événements liés aux cybermenaces. Cela les aiderait à faire mieux et à créer des applications sûres et sécurisées qui trouvent un écho auprès des utilisateurs. C’est aussi une recette directe pour le succès.

Liens intéressants :

Quelques conseils pour améliorer la protection et la conformité des données

La confidentialité des données dans le développement de logiciels : Ce qu’il faut savoir

Photos : Toile


L’auteur : Sascha Thattil travaille chez Software-Developer-India.com qui fait partie du groupe YUHIRO. YUHIRO est une entreprise germano-indienne qui fournit des programmeurs aux sociétés informatiques, aux agences et aux services informatiques.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.